On en parle.

On parle de la corporation dans le Charlesbourg express

Voir l’article dans le journal

De la culture et de la jeunesse au menu de la Corporation de loisirs Guillaume-Mathieu

Viviane

Viviane Asselin

Série Corporations de loisirs du territoire de Charlesbourg

Fondée en 1967, la Corporation de loisirs Guillaume-Mathieu est la plus petite de l’arrondissement de Charlesbourg avec ses quelque 2300 adresses à desservir dans le quartier. Pour qui veut avant tout offrir un loisir de proximité, c’est là un avantage précieux pour créer un contact étroit avec les résidents du secteur.

«Mon objectif personnel, c’est de développer une communauté dans le quartier», confie à ce titre le coordonnateur, Raphaël Lebailly. Pour ce faire, il mise sur des initiatives récurrentes comme la Fête de quartier et l’événement Plaisirs d’hiver. La réalisation de sondages auprès des élèves de l’école Guillaume-Mathieu, adjacente au chalet des loisirs, va dans le même sens afin de livrer une programmation au goût du jour et de la clientèle cible.Les jeunes se retrouvent en effet dans la ligne de mire du coordonnateur, qui propose des cours accessibles dès l’âge de quatre ans, comme la danse enfantine. «Le quartier rajeunit, observe-t-il à ce propos. Il y a beaucoup de jeunes familles qui viennent s’installer dans les maisons à vendre. À l’école, on voit aussi de plus en plus de jeunes enfants», poursuit celui qui, depuis trois ans, tient en parallèle des ateliers parascolaires pour ceux qui fréquentent le service de garde de l’école.Forte de ce constat d’un quartier qui retrouve une jeunesse, la Corporation Guillaume-Mathieu prévoit dans la même veine des activités pour toute la famille. Nul besoin, donc, de chercher des partenaires de badminton ou de karaté ailleurs que dans sa propre maisonnée.

Dominante culturelle

Cela dit, ne disposant que d’un seul gymnase, l’organisme n’a pas le loisir d’inclure un grand éventail de sports à sa programmation, qui compte près d’une trentaine d’activités. Aussi celle-ci trahit-elle plutôt une dominante culturelle qui n’est pas pour déplaire à Raphaël Lebailly; il admet que la personnalité du coordonnateur peut influencer en partie l’offre qui, du reste, demeure soumise à l’intérêt des gens dont l’inscription a valeur de dernier mot.

À cet égard, avec quelque 1000 inscriptions par année et des locaux fréquentés presque à plein régime en semaine, de 9 h à 22 h, la réponse apparaît convaincante. Encore faut-il savoir se renouveler pour maintenir cette affluence, fait valoir le responsable de la programmation. Récemment, il a ajouté des plages horaires à la fin de semaine, à la demande des parents qui, satisfaits, sont au rendez-vous. Quant aux choix d’activité, il révèle qu’il consulte principalement des sites en France pour se donner de nouvelles idées. Les sportifs seront d’ailleurs heureux d’apprendre que le CrossFit, qui mélange force, souplesse et endurance, s’en vient à la Corporation de loisirs Guillaume-Mathieu…

***

Dans votre programmation, quelle…

…activité est la plus populaire?

«La danse chez les jeunes, et l’espagnol chez les adultes.»

…est la nouvelle mode?

«Le kettlebell. C’est un mode d’entraînement qui vient de l’URSS, dans les années 1970. C’est populaire à Montréal et aux États-Unis actuellement.»

…est la dernière activité ajoutée?

«Le théâtre, la danse, la magie, pour les enfants.»

…activité est la plus ancienne?

«Le karaté. Ça doit faire au moins une vingtaine d’années.»

…activité a disparu?

«Les activités de maman et bébé. Ça ne fonctionne pas. Aussi, les activités de jour pour les aînés, la peinture, la méditation… On a de la difficulté à en partir, sauf pour ce qui est du conditionnement physique, qui est populaire. Mais ce sont des créneaux horaires qui sont plus difficiles, comme le lundi matin.»

***

La Corporation de loisirs Guillaume-Mathieu est située au 720, avenue de Gironde. Pour plus d’info sur sa programmation ou pour s’impliquer comme bénévole: https://loisirsguillaumemathieu.com/.

***

Avec ses huit corporations de loisirs, Charlesbourg se distingue en matière de services de loisirs de proximité. Si chacune d’elles est chargée d’animer le quartier qui l’abrite, encore faut-il qu’elle soit au diapason de sa dynamique et de sa composition, à l’écoute des besoins et des intérêts des citoyens qui habitent le secteur. C’est donc en tant qu’actrices et spectatrices de leur communauté que le Charlesbourg Express leur a lancé l’idée d’une série où, en nous parlant d’elles-mêmes et de leur programmation de loisirs, elles nous diraient en même temps quelque chose de leur milieu de vie.

Membre du Groupe Québec Hebdo

Commentaire par Facebook
Partager !